Halte aux mauvaises herbes

Je n’aime pas les mauvaises herbes – enfin du moins cette qualification facile qui consiste à mal juger quelque chose qui pousse sans qu’on le lui ait autorisé.

L’idée qu’une graine puisse se transformer en un organisme vivant me fascine toujours. Au pied des arbres, entre les pavés des villes, la découverte de ces pousses rebelles me réjouit. J’éprouve chaque fois le sentiment d’une petite revanche sur notre humanité bétonnée.

Trop habitué à ses plantes domestiquées, le citadin supporte mal la chose. La lutte n’est pas sans efforts et les obstacles nombreux. Feuilles et tiges portent souvent les stigmates de leurs petites victoires.
Pour ma part, jamais donc je n’éprouve le réflexe bien humain(1) d’arracher une plante ou écraser un insecte – à l’exception de quelques moustiques qui gèrent mal leur tendance à la provocation.

Oh je vous entends d’ici ! Tout ce qui pousse n’est pas bon, surtout chez nous. L’idée que tous les dictateurs sanguinaires aient pu avoir été de petites graines, puis d’innocents nourrissons peut laisser songeur.

Peut on alors parler de mauvaises graines plutôt que de mauvaises herbes ? Ne cédons pas au fatalisme. Une mauvaise pousse peut toujours être redressée ou soignée. Tout comme chez nous, souvent à grands coups de culture et d’éducation.

Au XVe siècle, les physiocrates nous rappellent que sans ce «don gratuit» que la nature nous prodigue, point de croissance économique.

Malgré toutes les maltraitances, elle donne toujours… Telle une maman abusée par le mépris, elle continue sans discuter la bougresse ! Ses fruits nourrissent nos corps repus, et ses couleurs nos âmes perdues.

Laissons donc pousser… j’ai peur qu’elle finisse par se lasser.

NB

(1) … entendez impulsif et destructeur.

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *